Les arguments à mettre en avant pour négocier son crédit immobilier

négocier son crédit immobillier

L’emprunteur dispose de 45 jours pour négocier un prêt immobilier avantageux à partir de la date de la signature de la promesse de vente pour un bien immobilier. Cette négociation nécessite des arguments rassurants. Voici quelques astuces pour négocier son crédit immobilier.

Mettre en avant son profil emprunteur

Les conditions d’obtention d’un crédit immobilier varient selon les banques et le profil de l’emprunteur. Il est donc important de convaincre le banquier en considérant un certain nombre de paramètres. Pour cela, il faut montrer qu’on a un taux d’endettement faible. En général, le ratio entre les revenus mensuels et les charges financières définit la capacité d’épargne. À partir de 33 %, les organismes prêteurs prennent le risque de prêter de l’argent. Entre 10 % à 15 % d’endettement, l’emprunteur a beaucoup de chances de décrocher son crédit immobilier. Il faut aussi prouver qu’on dispose d’un reste à vivre suffisant. Il s’agit de la somme restante après le remboursement de la mensualité de crédit. Il est aussi nécessaire de fournir un apport personnel important. En général, on exige un apport autour de 10 % du prix d’achat du bien. Avec un apport entre 20 % et 30 %, l’emprunteur pourra bénéficier d’un bien meilleur taux.

Bien gérer ses comptes et faire jouer la concurrence

Dans la négociation de son crédit immobilier, l’emprunteur doit montrer qu’il gère parfaitement son budget. Cela veut dire qu’il n’y a pas de découvert bancaire et d’incident de paiement pour les autres emprunts éventuels. D’ailleurs, l’organisme prêteur évalue les trois derniers relevés de compte de l’emprunteur pour examiner sa gestion et sa situation financière. Il faut également faire jouer la concurrence pour économiser une somme sur ses mensualités. Avant de consulter son banquier et négocier son crédit immobilier, il vaut mieux contacter d’autres organismes financiers. Il est préférable de demander à ces organismes une proposition écrite. Il faut ensuite regrouper les propositions les plus intéressantes. Lors de la rencontre avec son banquier, il vaut mieux évoquer que d’autres organismes proposent un rachat de crédit, et ce, avec des offres attirantes. On peut également préciser que ces établissements acceptent de baisser la durée du crédit.

Opter pour la garantie de prêt la plus intéressante

Pour la garantie de prêt immobilier, l’emprunteur a le choix entre une hypothèque et une caution. L’enregistrement d’une hypothèque par le notaire coûte généralement cher. À noter que le montant des frais s’élève entre 3 % et 4 % du montant du prêt dans le neuf et 7 % dans l’ancien. De ce fait, la caution est une option plus intéressante. Il est possible de faire appel à une société de cautionnement ou de solliciter à une tierce personne de se porter garant. En cas de défaut de remboursement, cette société de caution remboursera la banque et assurera la vente du bien immobilier. Les frais situés entre 2 % et 3 % du montant du crédit seront versés sous la forme de commissions pour la société de cautionnement. Par ailleurs, il vaut mieux consulter le site moncreditimmo.org pour connaître plus de détails sur le crédit immobilier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *